Les motards ont une particularité ( une de plus ?! ) comme usagers de la route : ils aiment bien faire des sorties en groupe. Il y en a pour tous les goûts : rejoindre une concentration, se faire un petit pique-nique à quelque encablures, se rendre à une compétition, participer à une sortie du club …..

             Rouler en groupe implique des conditions particulières, donc des consignes de sécurité particulières. C’est bien d’avertir les autres usagers de notre présence par des chasubles fluos portées par le premier et le dernier du groupe. Mais c’est nettement insuffisant.

             Souvent ce sont des balades dans une ambiance sympa, dans de jolis paysages . Le petit coup d’œil à gauche ou à droite est inévitable et chacun sait qu’un manque d’attention, même sur un laps de temps très court, peut être lourd de conséquences .

             On peut diminuer le risque en  respectant quelques petites règles :

               1) En groupe, il faut diminuer la vitesse.

               2) Chaque fois que la largeur de la chaussée le permet, il faut rouler en « décalé ».

             Cette disposition permet d’augmenter la distance de  sécurité entre deux motos. (*)

Sinon, sur des routes plus étroites,  c’est la file indienne, il faut donc augmenter la distance entre deux motos.

(*)  Petit bémol : Lors de nos balades bucoliques  il nous arrive de ralentir fortement, pour chercher notre route par exemple. Soyons sympas et remettons-nous à droite, en file indienne, pour laisser passer les autres usagers. Nous apprécions quand ils le font pour nous, alors …

               3) Lors des dépassements des autres véhicules :

                           A) Le motard qui dépasse  ne sait si  les motos qui le suivent vont elles aussi s’engager dans la foulée ou attendre. Si la voie est libre et dégagée il est probable que plusieurs motos vont suivre.  Nos machines permettent un accélération franche pour dépasser. Bien sûr, une fois la manœuvre finie nous « coupons »  et freinons si nécessaire pour reprendre une allure normale. Mais si  un autre véhicule circule devant celui que l’on dépasse, un  entassement des motos est possible. Plus la distance entre les deux véhicules est courte et plus l’accélération des motos  est forte, plus cet entassement est dangereux. Il faut penser aux suivants :  à la fin du dépassement ne pas « couper » trop brutalement et serrer à droite pour permettre aux suivants de prendre place.

                            B) Conséquence directe : ne dépasser qu’à son tour, c’est-à-dire ne pas dépasser une ou  plusieurs motos du groupe à ce moment.

               4) Aux intersections, restons vigilants.  Le fait d’être en groupe ne donne aucun droit. Ce n’est pas parce que la moto de tête s’est engagée dans de bonnes conditions que tout le monde suit comme un seul homme. Les  règles de priorité s’appliquent à chacune des motos et non au groupe.

               Ces quelques petites règles ou consignes ne sont certainement pas exhaustives, mais, sur la base de mon expérience assez solide dans ce domaine, elles me paraissent  fondamentales.

                Jean-Louis DAUBIAS.

  • 10 tutoriels en image
  • Le pilotage en 10 vidéos
  • Rouler en groupe: quelques consignes.

Vous trouverez ci après, une liste, non exhaustive, de petites séquences, ayant trait à la sécurité, et à l'entretien de nos machines. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques, afin de compléter, et d'enrichir cette liste. Un clic sur les titres pour visionner ces courtes vidéos :

La conduite en groupe

Même si celà semble évident et facile pour certains, rouler en formation demande de respecter quelques règles. Il s'agit, sans aucun doute, d'un exercice agréable, et au demeurant très esthétique. ( un clic, pour une petite vidéo Vroam)rouler en groupe.

La valeur ajoutée, la convivialité, le coté sympathique, de la chose, ne doivent pas nous faire oublier les consignes les plus élémentaires de précautions.

Vroam depuis plus de 20 ans, sur toutes les routes de France, de Navarre, et d'Europe ( et au-delà ), organise des virées, dans le meilleur des esprits, et dans la plus grande sécurité possible. Ce n'est pas un hasard.

Tout d'abord: une balade, comme un voyage, ça s'organise, ça se prépare.

Nous verrons plus loin, comment se placer, et comment communiquer. Mais, peut être l'élément le plus important, en premier: il ne s'agit jamais d'une course. Lire aussi: La circulation en groupe de notre ami Jean-Louis DAUBIAS ( un clic sur les mots en vert)

L'arrivée à l'heure, est la moindre des choses, et si possible avec le plein. Choses évidentes chez Vroam. 

La moto a été vérifiée, et les papiers sont en règles.

On lit le road book, et l'on possède le téléphone de l'organisateur, ou de Christian.

Position des motos

D'une manière générale, la position adoptée, est dite en " quinconce" . L'ouvreur, étant : un organisateur, ou quelqu'un d'expérimenté, connaissant le parcours, ou habitué au GPS. 

Il se placera en tête, et sur le coté gauche de sa voie de circulation. Afin, de faire office d'éclaireur, il adapte sa Rouler en quinconcevitesse, à son groupe et au second qui le suit. La 2ème machine, étant de préférence, la plus lente du groupe, ou la moins expérimentée, ou à la plus faible autonomie.

Le leader, aura soin de signaler les obstacles, objets et autres surprises de la route ( voir après, les signes adaptés).

Le port d'un gilet fluo, est préférable ( ainsi que pour le dernier qui ferme le groupe).

La conduite en tête, nécessite, bien évidement le respect du code de la route, mais il est important d'anticiper l'inertie que constitue une file d'une 10aine de motos ( vois plus loin " la conduite" ).

 La dernière moto, est, elle aussi, pilotée par un motard expérimenté, qui doit être capable de remonter la file, si besoin. Elle avertit par appel de phare et klaxonne en cas de problèmes. On peut l'appeler: " le balayeur".

On ne se double pas, sauf en cas de nécessité, la moto de queue, étant la plus à même de le faire. Le cas particulier pouvant être une moto qui filme ou qui réalise des photos, mais qui prévient alors le groupe avant.

La communication au sein des files

Il est vrai qu'à l'heure des nouvelles technologies, on pourrait envisager des moyens sophistiqués pour transmettre des informations ( Système Cardo et autres ). Mais ces petits bijoux sont encore très coûteux, et rien ne vaut nos bonnes manières, qui nous vont bien, qui ont fait leurs preuves, et qui ne tombent pas en panne.

Un principe de base: on ne perd pas un participant !

Aussi, je vous rappelerais, le petit topo que Jean-louis Daubias, nous avait écrit sur le road-book de la Sarthe:Une consigne de Jean-Louis ( cliquez sur Jean-Louis pour le lire !)

Cette situation pouvant intervenir, à différents moments : stop, feu rouge, dépassement, panne etc... 

La notion est alors importante, car on ne circule pas chacun pour soi, mais au sein d'une communauté.Communication à moto

il existe quelques signes usuels, qui indiquent quelques éléments bons à savoir. On peut indiquer que l'usage des clignotants est primordial, que prévenir d'un ralentissement, ou d'un freinage par quelques appels du feu stop ( en actionnant brièvement et légèrement les freins ) est fort utile.

Le warning prévenant d'une situation dangereuse ou changeante ( le leader ayant un doute sur la route à suivre par ex ) incite à ralentir et à être plus vigilant encore, et en actionnant le warning en relais.

Un objet ou un obstacle, de la boue, des gravillons, de l'huile etc ...pourront être signalé par le pied droit , ou la main gauche, en fonction du coté.

On n'oublie pas la politesse, en remerçiant les autres usagers de la route.

La conduite

Pour que la circulation en groupe reste une expérience plaisante, il faut bien sûr le respect, du code de la route tout d'abord, et des autres ensuite.

Chacun des membres doit savoir comment se comporter.

La formation en quinconce, ou en décalé, voire en damier, assure une marge de sécurité, à condition de respecter les distances suffisantes entre les machines. Lire un:Témoignage de Jean-Louis

Un petit truc: chaque pilote, doit voir dans son rétro la moto qui le suit.

- Les arrêts et les départs: aux stops, aux feux et aux intersections, les motos s'alignent 2 par 2, afin de prendre moins de place. Ce qui permet de libérer la voie plus rapidement, et évite de couper un groupe, avec un feu rapide par exemple ( même si cette situation n'est pas rédhibitoire ).

- Aux intersections, lorsque l'on tourne, il faut être très prudent, en pensant que la moto qui nous précède ne va pas forcément s'élancer en meme temps que nous. Aussi, avant de démarrer, on regarde si la voie est libre, et si le Vroameur précédent est reparti. De même, on ne suit pas aveuglément la file, et on s'assure en toutes circonstances, qu'il n'arrive pas de véhicules au moment de se lancer.

- Les virages: en fonction de la courbe, la trajectoire à prendre, imposera éventuellement d'abandonner la formation en quinconce, afin de ne pas déborder de l'axe médian, ou de se retrouver sur la partie extérieure de la route, la plus sale, et la plus propice aux crevaisons.

- Les dépassements se font un par un, et on ne doit pas penser que la voie est libre, parce que le précédent a doubler, la prudence est particulièrement de mise à ce moment là.

- Pour un arrêt imprévu, même en cas d'urgence, les leaders penseront toujours à le sécuriser. Quitte à faire quelques centaines de mètres de plus. Un demi-tour ne doit pas faire courir de risque aux membres de l'équipe.

Toutes choses contenues dans la devise de Vroam: Convivialité, Sécurité et Respect des autres.

Eric.

Votre Avis

Limiter la vitesse maxi de nos motos à 180 km/h?
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
Total des votes:
Premier vote:
Dernier vote: