Index de l'article

 

LA  VIE  EST  BELLE ! (mais rude... !)

 

Décidément, il n’y a plus de saisons, ma pauvre dame...Le thermomètre joue au yoyo, les scientifiques nous annoncent une sécheresse catastrophique, tandis que dans le sud de la France, il tombe des cordes et il neige !

Bon et bien, il va falloir faire avec ! Pourtant, en programmant cette deuxième sortie de la saison dans les Alpes de Haute-Provence, nous rêvions aux terrasses ombragées, aux lunettes de soleil et aux petits débardeurs des jolies filles ! La réalité est toute autre lorsque nous nous regroupons vendredi matin, Place du Bourguet, à Forcalquier. Chacun est engoncé sous les pulls, les vêtements de pluie et les grosses doudounes. "Il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille" ! En plus, il vente et il fait un froid de canard. Les routes sont glissantes et Christophe en fait les frais à Apt, 40 km avant de nous rejoindre. C’est le coup classique : un ralentissement devant son Africa Twin, il actionne les freins et la moto se couche brutalement. L’ambulance qui l’emmène à l’hôpital ne fait pas le voyage pour rien : un motard local vient lui aussi de tâter du bitume à quelques encablures de là ! L’infortuné Christophe aura au moins l’avantage de partager sa chambre avec un "collègue" ! Il souffre d’une fracture de l’épaule, et il va devoir prendre son mal en patience avant d’être rapatrié, puis opéré à Saint-Dizier.

 

UN  ACCUEIL  EXCEPTIONNEL

D’accord, il fait froid dehors, mais quelle chaleur humaine chez nos Amis et guides locaux Max et Marcelle ! Bien secondés par Jean-Pierre, descendu pour l’occasion depuis la région parisienne, ils nous ont réservé une surprise de taille pour la fin de l’après-midi.

Pour l’heure, nous sommes ravis de revoir nos fidèles Participants, après la longue séparation hivernale. Certains sont venus de fort loin, depuis la Loire Atlantique, les Ardennes, la Moselle...La "petite nouvelle" vse nomme Martine, elle pilote une Kawasaki 750 Z et vient de l’Isère : c’est Eric qui lui fait connaître notre Club. Nous sommes désolés de l’accueillir avec cette météo exécrable, mais Martine est une "vraie" motarde, qui s’intégrera sans difficulté à notre fine équipe. Cela nous fait plaisir également de retrouver André et Odile, accompagnés de leur fille Virginie : bien qu’ayant revendu les motos, ils ont gardé "l’esprit" Vroam, et n’ont pas hésité une seconde à se joindre à nous, sur leurs 4 roues ! Peu importe la monture, en vérité, les Hommes et les Femmes comptent davantage pour nous que les machines.

La balade démarre tranquillement. En longeant la Durance, nous passons à proximité de la ferme des  " Dominici ", sur les lieux de l’assassinat d’une famille Anglaise, en 1952.

Le coupable de ce crime n’a jamais été formellement identifié et cette "affaire Dominici" continue de faire couler beaucoup d’encre, aujourd’hui encore !

Ferme Dominici Lieu du crime

Nous grimpons maintenant à l’assaut du village de Lurs, sur une petite route étroite et escarpée. Quel dommage ! La visite de ce pittoresque village perd de son charme sous les trombes d’eau...Nous effectuons bien une petite marche entre les superbes maisons de pierres, mais le cœur n’y est pas!

Nous préférons rejoindre le Moulin de Monnesargues, à quelques kilomètres de là. A l’abri des intempéries, la propriétaire nous explique la fabrication à l’ancienne d’une huile d’olive très fruitée, élaborée à partir des oliveraies  des côteaux de Lurs. Une visite intéressante, ponctuée par une dégustation, moins prisée, il faut l’avouer que celle qui s’est effectuée une semaine auparavant dans le Sauternais, n’est-ce pas Jeannot ?

C’est ensuite au domicile de Max et de Marcelle que nous poursuivons notre première journée à Forcalquier. Quel accueil ! Buffets garnis, petits fours, toasts, pâtisseries...Un vrai régal pour les yeux et pour les papilles !Les apéritifs locaux obtiennent un grand succès, notamment le fameux Rinquinquin ! Alors que la fête bat son plein, le grand champion Jean-Michel BAYLE fait une apparition très applaudie ! Très gentiment, il converse avec chacun d’entre nous et se livre volontiers à une séance de dédicace.

Merci mille fois, Max et Marcelle pour cette chaleureuse réception, qui restera gravée dans nos mémoires.

Votre Avis

Limiter la vitesse maxi de nos motos à 180 km/h?
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
Total des votes:
Premier vote:
Dernier vote: